Comment réussir sa refonte de site internet ?

November 29, 2021
Temps de lecture de l'article
10
Min
UX, UI, SEO
Accueil
>
Blog
>
Comment réussir sa refonte de site internet ?

Un projet de création ou de refonte de site est toujours un moment majeur dans la vie d’une entreprise, les ambitions sont fortes, peu importe la taille de l’entreprise et les moyens. L’échec est une éventualité qui peut se traduire par une baisse des performances en comparaison avec le précédent site, un planning ou les coûts qui dérivent.

 

Dans ce long article vous trouverez une méthode, des conseils et des outils pour aborder ce moment sereinement et ainsi maximiser votre réussite.

 

Vous obtiendrez des réponses à bon nombre de questions que vous devez vous poser avant de refondre un site internet. Par où commencer ? Quelles sont les étapes à ne pas louper ? Faut-il un cahier des charges ? Quelles sont les bonnes pratiques pour optimiser mes résultats ? Quel planning envisagé ? Combien ça coûte ? Quels sont les meilleurs outils ? À quel prix ?

Sommaire 


Les Pré-requis : Un socle stratégique posé

La méthode : Comment aborder le projet ?

- Définir les objectifs :

- Le trésor est dans le grenier : Comprenez vos clients

Installer le bon mindset

Les différentes phases du projet

- La Phase de conception en 10 étapes

- La Phase de développement

- La Phase de recette

- La Mise en ligne

Quelle organisation ? Avantage et inconvénient des méthodes.

Quels moyens ? Quel timing ? Quelles ressources allouées ?

Conclusion


Les Pré-requis : Un socle stratégique posé

 

 

Il va sans dire qu’un projet de refonte de site ne part pas d’une page blanche. Sinon ce guide aurait pour titre « Création de site : comment réaliser son premier site internet ». 😉

 

Cet actif majeur est un élément fondamental de votre écosystème digital et de la chaîne de valeur. Qui dit refonte, dit site déjà existant et par définitive, socle stratégique posé. Vous devez donc avoir votre stratégie définie :

  • Vos produits sont existants, votre « Product Market fit » établi

  • Votre raison d’être et votre territoire de maque sont validés

  • Vos personas sont connus

  • Votre cycle de vente opérationnel

  • Votre socle Informatique (CRM, PIM, ERP, Hébergement…) installé 

 

En phase de lancement d’entreprise ou de produit, vous pouvez tout à fait bâtir des pages web pour tester vos produits, votre image, votre tunnel de transformation… Mais la logique est tout autre et les moyens sont différents.

 

Vous l’aurez compris, la refonte de votre site web n’est qu’une résultante des fondations stratégiques posées. Ne profitez pas de cette occasion pour challenger tous vos produits, votre branding, voire faire un pivot stratégique. Avant d’attaquer votre refonte, votre vision doit être claire sinon les dérapages financiers et de planning sont forts probables.

 

La méthode : Comment aborder le projet?

 

Il faut être rigoureux sur la conduite de ce projet car vous ouvrez un champ des possibles extrêmement large. C’est ce qui fait la beauté de l’exercice 😊.

Pour ne pas vous perdre, suivez ces étapes à la lettre et optimisez ainsi vos chances de succès.  

 

 

Définir les objectifs :

 

La première mission majeure est de définir les objectifs. Pourquoi ce site et cette refonte ? Quelle valeur apporte-t-il à l’entreprise ? Comment allez-vous mesurer la réussite du projet ? Qu’allez-vous regarder au fur et à mesure pour savoir s’il remplit son rôle, totalement, partiellement, insuffisamment…

 

Il y a deux grands types d’objectifs qui varient en fonction des cibles (BtoB, BtoC…) et en fonction de vos produits (complexité, prix…)

 

La notoriété :

 

Derrière cet objectif se cachent plusieurs motivations :

  • Vous souhaitez faire connaître votre marque, vos produits et ainsi mécaniquement augmenter le trafic généré par votre site.

  • Vous souhaitez repositionner votre image parce que votre site est vieillissant, parce que vous avez changé votre territoire de marque ou modifié votre positionnement produit.

 

Pour atteindre ce type d’objectifs les travaux d’UX* et d’UI** seront des moments forts de la phase projet. Le profil du designer sera un des facteurs clef de succès. Le nouveau site doit laisser un effet « Wahou » avec un travail de design riche et différenciant. L’ancrage mémoriel sera vecteur de réussite et ne pourra s’obtenir qu’en étant bien au-dessus des attentes de votre client.

 

Dans cette catégorie on retrouve souvent des entreprises avec un cycle de vente long, des produits complexes ou hauts de gamme, une cible plutôt Business.

 

*UX : User Expérience en anglais ou expérience ressenti par l’utilisateur lors de son parcours. Les UX designers ont pour mission première de travailler un design permettant de rendre cette expérience la plus agréable possible. Si votre UX est très performant, vous rendrez cette expérience mémorable, ceci afin de déverser au capital de votre marque un actif positif qui fera de cet utilisateur un ambassadeur !

** UI : User interface en anglais. C’est une partie de l’expérience utilisateur qui s’attache à mettre en forme l’interface proposée. Elle se concentre en particulier sur les aspects graphiques et touche à des ressorts émotionnels chez l’utilisateur. C’est un métier très digital ce qui n’est pas vrai pour l’UX.

 

 

La performance :

 

Au contraire de l’objectif de notoriété qui traduit un résultat au long cours, l’objectif de performance est plus immédiat. Il se cache derrière un souhait de :

  • Développer l’Acquisition et Activer des suspects, prospects froids, chauds. Nous sommes typiquement dans le début du tunnel AARRR avec des tactiques de « leads generation » ou « lead nurturing » installées en parallèle pour alimenter votre site.

  • Développer le Revenu en proposant, au même titre que les sites e-commerce, un parcours d’enrolment, activation, transformation intégrant un module de paiement en ligne.

  • Automatiser certains process de production pour gagner en productivité. Un bon exemple étant la mise en place d’un espace client permettant de réaliser des actes de gestion en selfcare.

 

Les leviers majeurs pour atteindre ces objectifs sont un UX irréprochable et un pilotage des analytics sur-mesure. En complément de ce type de site, vous aurez très probablement conçu des campagnes d’acquisition payantes (SEA, FacebookAds, Display, Native Ads…) qui nécessitent un tunnel de conversion le plus performant possible pour optimiser vos ROI.

 

Objectifs techniques

  

Il arrive également que des projets de refonte de site arrivent pour des raisons « techniques » :

  • CMS non maintenu ou en perte de vitesse

  • Un site non mobile friendly

  • Un taux de disponibilité sous les 98%

  • ...

 

Ici, il y a urgence à agir car vous subissez. Profitez de cette situation pour repenser le pourquoi de votre site actuel et traiter cette refonte avec le prisme proposé dans ce guide.

 

J’ai ces 2 objectifs, lequel choisir ?

 

 

À ce stade, vous pensez probablement que les deux objectifs font partir de votre besoin et qu’ils peuvent être atteints. La réponse est oui et non (une de mes grands-mères est normande 😊).

Il est clair que si vous voulez construire la référence de votre marché il va falloir définir votre champion et donc prioriser vos objectifs. Cela vous permettra de faciliter la prise de décision lorsque ces 2 pôles viendront créer une injonction contradictoire lors de vos choix d’UX.

 

 

Le trésor est dans le grenier : Comprenez vos clients

 

Une fois vos objectifs posés, il vous faut capitaliser sur l’existant. Vous avez à votre disposition une masse d’informations gigantesque. Avec un peu de temps, un poil de curiosité, vous pouvez tirer un profit non négligeable de ce trésor qui vous attend.

 

Web Analytics

 

Si vous n’avez jamais regardé de près vos webanalytics, alors il est temps de vous plonger dedans. Vous allez pouvoir identifier les bonnes pratiques à conserver et les axes d’amélioration à mettre en œuvre.

 

Sur des sites dits « vitrines », allez voir les volumes de session, les pages visitées, les temps de visites, les taux de rebonds... afin d’avoir une première vision simple des parcours de vos clients. Vous pourrez avoir un premier aperçu de leur centre d’intérêt, des points de fuite…

 

Sur des sites orientés performance, les Funnel sont votre priorité. Une analyse par étape sur le modèle AARRR est assez simple à mettre en œuvre et vous apportera une première vision de la performance de votre site.

 

Si vous faites déjà un premier niveau de suivi mais pensez que vous n’exploitez pas toute la donnée, alors demandez un avis extérieur (freelance, agence, pairs, communauté…). Il ne faut pas sous-estimer la valeur des données que vous avez car elles représentent un réel actif.

 

Vous noterez d’ailleurs que la législation étant de plus en plus restrictive en la matière, cela vient indéniablement accroître la valeur de ces données de plus en plus rares.

 

Insight clients

 

Vos clients sont un puits de connaissances. En fonction de leurs profils, de votre produit/service, nous vous encourageons à les interroger avec ces 3 modes opératoires :

  • Le Focus group : C’est la forme la plus qualitative pour récupérer des insights client, mais elle nécessite une préparation minutieuse pour en tirer un maximum. Via ce format, vous regrouperez de 6 à 10 clients en un seul et même lieu pour les faire échanger sur votre problématique. Le collectif permet de générer une dynamique qui facilite la compréhension des motivations et comportements.

 

 

  • Entretien individualisé. C’est le moyen le plus simple et direct à mettre en œuvre. Il est très adapté pour les contextes BtoB. Au travers d’un échange téléphonique vous prendrez le temps d’interroger vos cibles sur les motivations, freins, irritants. La relation individualisée que vous avez pendant cet échange permet de sortir des informations d’une grande richesse.

 

  •  Questionnaire web : Ce format vous permet de laisser en toute autonomie vos cibles répondre à un questionnaire en ligne. En fonction de vos parcours, il pourra être poussé lors de la navigation sur votre site ou via une campagne d’email. Il est de loin le plus économique et permet de gérer de gros volumes. Pour autant, la richesse des informations obtenues sera moins importante.

 

 

À noter que certains outils vous permettent également de consulter les parcours clients en illustrant les heat map (zone de chaleur présentant les parties les plus appréciés des internautes) ou session recording (enregistrement des parcours clients). Bien évidemment, il faut les avoir installés avant la visite de votre client sur votre site. C’est d’ailleurs une recommandation que nous proposons régulièrement tout en respectant le cadre légal défini par la Cnil (pour en savoir plus demandez-nous ou allez à la source) et le RGPD qui s’est encore intensifié en mars 2021.

 

Le "chouchou" de l’équipe :

Hotjar

 

 

Cette étape est essentielle. Ne faites l’impasse sur cette étape qu’à condition d’être en contact quotidien avec vos clients. Sinon, c’est un passage quasi obligatoire qui vous permettra de remettre en question certaines de vos convictions.

 

Installer le bon mindset

 

Pour réussir votre projet vous allez devoir adapter votre état d’esprit et rentrer dans un premier temps dans une phase d’exploration cognitive, d’idéation, d’échange qui nécessite de pousser au maximum votre capacité d’écoute, votre empathie, pour ensuite converger et décider.

  

Pour atteindre vos objectifs, voici quelques conseils à garder en tête tout au long du projet :

 

1. Testez, itérez, recommencez (Phase de conception UX)

Il n'y a pas de modèle ou de solution unique. Ce qui fonctionne pour un contexte, une situation peut ne pas fonctionner pour un autre similaire. Ce qui a fonctionné une fois peut ne pas fonctionner une deuxième. Certes, il y a des principes forts et intangibles sur lesquels vous devez vous reposer pour construire ce nouveau site mais ils ne suffiront pas à faire de vous le meilleur sur votre marché. Vous devez impérativement remettre à l’épreuve de tests vos réflexions ressenties comme des convictions.

Ce principe est encore plus vrai pour tout ce qui est nouveau. Testez, analysez. Si les résultats ne sont pas à la hauteur de vos attentes, recommencez.  Pour ce faire vous avez beaucoup d’outils et de formats : test utilisateurs, guérilla test, d’A/B test

 

 

2. Le cerveau de vos clients est tout sauf rationnel (phase de conception UX)

Les motivations de vos clients qui leur permettent de prendre des décisions ne sont pas le fruit d’un raisonnement rationnel. Cela vaut pour le BtoC comme le BtoB, il faut donc comprendre ce qui les poussent à acheter vos produits ou services. D’où notre recommandation forte de les sonder (cf. chapitre “le trésor est dans le grenier 😉”) .

Cette question étant fondamentale, vous devez trouver la réponse ou du moins une partie. Heureusement ce sujet complexe est de plus en plus éclairé par les économistes du comportement et dans une moindre mesure via le nudge marketing. Si c’est un sujet qui vous intéresse, allez voir du côté d’auteurs comme Daniel Kahneman, Olivier Sibony, Dan Ariely… Ou creuser les sujets tels que les biais cognitifs.  

 

 

 

3. Valorisez le processus plutôt que le résultat final (phase de réalisation)

Un bon résultat est important mais si vous ne comprenez pas comment vous l’avez obtenu, vous ne pourrez pas capitaliser dessus. Travaillez avec méthode vos process, historisez-les pour les reprendre et les améliorer au fur et à mesure de votre montée en compétences.

 

 

4. Partagez et célébrez

Une refonte est toujours un projet collectif. Prenez le temps de partager, d’échanger pour embarquer un maximum les équipes. Les insights clients que vous allez chercher peuvent également venir de collaborateurs qui ne sont pas ou peu sollicités sur ces thématiques dans leur quotidien.

 

Ces moments de partage peuvent aussi avoir pour objectif de célébrer des débuts ou fin de chantier. Prenez le temps de fêter les victoires rapides tout au long du projet afin de garder le groupe soudé. Vous finissez la phase de cadrage et commencez la phase de conception, quoi de mieux qu’un petit-déjeuner de 30 minutes pour regonfler les batteries et faire une rétrospective sur les jours passés et évoquer les prochains challenges ?

 

5. Privilégiez la croissance à la vitesse

Croître vite n’est pas la même chose que croître bien. Bien croître demande parfois du temps pour la rendre scalable et durable.

 

Lors de la définition du périmètre du projet, vous devez donc identifier un projet minimum et viable (MVP) que vous allez exécuter, proposer à vos clients puis analyser les résultats obtenus. Ensuite, vous imaginerez une version 2 qui embarquera des améliorants de la version 1 et des nouvelles fonctionnalités… Puis version 3, 4…  

 

  Vous l’aurez compris, un projet de refonte de site est un moment idéal pour sortir la tête du guidon et reprendre une vue d’oiseau de votre activité. Il est essentiel d’échanger avec votre marché, écosystème, pour en tirer un maximum d’informations. Qu’ils soient clients, salariés, concurrents, experts… Ils auront toujours du temps pour vous adresser des informations utiles. 

Les différentes phases du projet

 

La Phase de conception en 10 étapes

 

C’est la phase primordiale : plus elle est aboutie et plus vous sécurisez le projet. Son contenu, sa durée, son coût dépendent de beaucoup de facteurs. Pour faire simple, nous allons illustrer les étapes via 2 cas d’usage emblématiques  : Une refonte complexe et une refonte simple. Il n’est pas rare qu’un projet se situe entre les deux.  

 

La refonte complexe

 

Commençons par le versant le plus abrupt qui correspond aux situations de refonte dites « complexes ». Ici, nous sommes sur des cas d’usage de PME, ETI, Grand groupe qui ont pour objectifs de revoir en profondeur leur site. Même si nous qualifions de « complexes » ces situations, nous sommes tout de même partis des situations simples dans cette catégorie des poids lourds.

 

J’espère que vous nous suivez 😉.

 

Donc exit les programmes d’ampleurs embarquant le projet de refonte comme simple chantier d’une transformation plus globale de l’entreprise (transformation digitale, refonte d’un territoire de marque, lancement d’un nouveau produit majeur…). Exit aussi les problématiques d’interopérabilité avec les autres briques techniques de l’entreprise (ERP, CRM, PIM…).

 

Une fois vos objectifs définis et vos clients sondés, voici les 10 étapes par lesquelles vous devez passer pour mener à bien ce projet de refonte :

 

Étape 1 : Le cadrage projet :

Que vous réalisiez tout en interne ou passiez par un accompagnement externe, c’est une étape nécessaire qui permet de formaliser le besoin. Vous allez créer un actif immatériel que vous pourrez réutiliser et améliorer tout au long de la vie de l’entreprise.

Cette étape se matérialise au travers d’un livrable nommé expression de besoin ou cahier des charges qui définit l’ensemble des attendus du projet et son périmètre. Il peut être écrit par l’entreprise ou un tiers. Si vous n’avez jamais réalisé de tel document demandez-nous un exemple.  


Nos outils préférés : Google doc et Google sheets

 et le chouchou de l’équipe...



Étape 2 : L’arborescence :

Adepte du rangement et de la rigueur, cette étape est faite pour vous 😊 ! Ici vous allez devoir : 

  • Définir l’organisation de l’ensemble des contenus et pages de votre site. Nous parlons bien évidemment de la page d’accueil, services, d’un éventuel blog… Il ne faut rien oublier, même les pages les moins évidentes (mentions légales, conditions générales d’utilisation par exemple…) afin d’assurer une construction du site adaptée à votre contexte.

  • Classer, organiser, définir une hiérarchie pour ces contenus afin de produire le système de navigation qui passera principalement via les différents menus (header, footer, latéraux…).

 

Ce travail se matérialise généralement par la production d’une arborescence qui peut ressembler à cela :  

 

 

Nos outils préférés : coggle, whimsical

et le chouchou de l’équipe...

Étape 3 : Définition des personas :

Pour construire vos parcours vous devez connaître vos clients (cf. étape le trésor est dans le grenier). Une fois vos cibles définies, vous pouvez les représenter au travers de 3-4 profils significativement représentatifs de la population que vous souhaitez adresser.

Ces profils types sont appelés personas et définis à 80% par les mêmes critères :

- Aspects sociodémographiques

- (Prénom, Nom, Age, Sexe, situation maritale, Lieu d’habitation)

- Métier

- Personnalité

- Canaux de communication préférée, aisance avec les outils digitaux, les réseaux sociaux

- Motivations vis-à-vis de votre secteur d’activité

-…  


Cette étape est un entrant majeur pour les travaux d’UX qui vont suivre.  

 

 

Nos outils préférés : Miro

et le chouchou de l’équipe...

 

 

Étape 4 : Référentiel des exigences fonctionnelles :


Nous avons évoqué lors de la première étape la réalisation d’un document de cadrage projet listant les attendus du projet.


Pour les projets complexes, il est nécessaire, par la suite, d’aller sur une maille plus fine en définissant au travers d’un référentiel des exigences fonctionnelles le détail des besoins. Le document a vocation à être exhaustif et doit traiter de toutes les thématiques que nous pouvons regrouper au travers de ces grandes familles :


- L’ensemble des Fonctionnalités attendues (Blog, Espace client, Vente en ligne…)

- Gestion de contenu

- Performances techniques

- Plan de taggage

- Ergonomie (Résolution, Responsivité, Compatibilité, Langues…)

- Maintenance

- Sécurité


Nos outils préférés : On s’est fait un document made in Luneos, il suffit de nous le demander.   

 

 

 

Étape 5 : Data analyse / SEO :


On a évoqué cette étape auparavant: Elle est essentielle ! Outre l’analyse de vos analytics, vous pouvez également auditer votre référencement naturel (SEO), si tant est que ce soit un objectif pour vous d’être compétitif sur ce levier d’acquisition.


On vous conseille dans ce cas de vous faire aider car ce que vous allez identifier sur votre historique vous permettra de mieux construire la suite.  

 

Nos outils préférés :

Ici on s’adapte à nos clients en fonction de l’outil déjà installé. Entre Google Analytics, AT internet, Matomo qui a les faveurs de la CNIL on est tout terrain.

Pour l’audit SEO nous avons nos propres outils et méthodes.

Étape 6 : Sketching > Zoning > Wireframing :

Cette étape est centrale et consiste à dessiner simplement un premier niveau d’écran. Le sketching étant une approche très sommaire alors que le Wireframing représente la situation la plus proche de la maquette finale.

Il n’est pas nécessaire de passer par ces 3 étapes pour des projets simples. Pour des sites plus complexes 2 étapes suffisent. 

À l’issue de ce travail, vous allez pouvoir toucher du doigt le rendu du futur site. C’est le moment de bien valider l’ensemble des parcours, les priorités données à vos contenus… Le travail de définition des objectifs prendra tout son sens ici.

L’objectif de cette partie est de valider l’ensemble des parcours clients.

 

Nos outils préférés :

Les bons outils sont légion et les guerres de clocher entre MAC et PC laissent parfois d’excellents outils en déshérence.

Outre le crayon et le papier, l’équipe a ses chouchous :

 



 

Étape 7 : Création de contenu :


Cette partie est souvent sous-estimée et insuffisamment travaillée. Un bon contenu fera la différence auprès de votre public car il ancrera incontestablement votre identité. Il sera également très largement apprécié des moteurs de recherche et donc un levier supplémentaire pour améliorer votre référencement.

Les expertises se sont diversifiées depuis ces 5 dernières années avec plusieurs métiers pouvant intervenir sur cette étape.

Le rédacteur web aura tendance à écrire les contenus longs comme ceux présents dans vos articles de blog alors que le copywritter sera présent sur les pages d’atterrissage (landing page) avec une orientation à la performance. Vous avez également les experts SEO qui peuvent amener leur pierre à l’édifice.

Ce travail est un chantier au long cours qui ne s’arrêtera pas une fois le site en ligne.


Nos outils préférés :

 



Étape 8 :  Définition du plan de taggage :


Cette étape s’opère en général une fois l’ensemble des parcours du site validé. Vous pouvez initier les premières réflexions autour de la définition de vos objectifs dès le début du projet mais pour finaliser l’ensemble du plan tous les parcours doivent être définis.

Avec l’arborescence et les wireframes, vous avez suffisamment d’éléments pour définir le plan de taggage et offrir à votre site un monitoring sur-mesure de la performance du site.

 

Nos outils préférés :

On aime travailler avec les outils de mapping et google sheet pour la définition plan. 

Ensuite pour la partie technique, Google est incroyablement bien armé avec sa suite ultra-complète:

Google Tag Manager, Google Analytics, Google Search

On ne reste pas indifférent devant

 

Étape 9 : UI design :

C’est l’ultime étape de conception qui permet de transformer les pré-maquettes (sketch, zoning, wireframe…) en maquettes définitives arborant fièrement votre charte graphique.

Ici le diable est dans le détail, couleurs, typo, taille des typos, style des éléments de navigation en survol ou non, en version mobile ou PC…

Il y a des bonnes pratiques poussées par les mastodontes du secteur, dont Google, qui permettent de standardiser les UI. Cela garantit un certain niveau de performance mais dessert votre identité. L’UI designer saura trouver le bon équilibre.  

L’ensemble des étapes précédentes sécurise cette production souvent exposée aux vents de la subjectivité.

Nos outils préférés :

Ici nous retrouvons les outils utilisés pour l’UX


 

Étape 10 : Passer la main 😊

 

Maintenant il ne vous reste plus qu’à passer tous ces livrables à l’équipe de réalisation (PO, MOA, MOE, Dev front, Dev Back…)

Les projets plus simples.

 

Nous avons vu ci-dessus un cas dit « complexe » de refonte de projet qui nécessite d’investir beaucoup de moyens pour atteindre des objectifs à la hauteur de ces investissements. Évidemment, il y a des situations qui ne nécessitent pas de passer par  toutes ces étapes pour aboutir à la refonte d’un site.

Ces situations correspondent à des projets avec un périmètre fonctionnel réduit et des contraintes de planning et budgétaire plus importantes.

Le cas d’usage par excellence correspond aux refontes de sites vitrines des TPE/PME. Dans ces situations nous pouvons réduire à 5, le nombre d’étapes obligatoires.

  1. Définition des objectifs
  2. Cadrage Projet
  3. UX/UI design
  4. Développement / Recette
  5. Mise en ligne

 

Pour vous simplifier la vie, voici un schéma qui résume en quelques briques l’orchestration de l’ensemble de ces étapes pour les projets simples (voie express) et les projets complexes. Enjoy !


La Phase de développement

 

Ici c’est le grand black-out… Si vous n’êtes pas de la partie vous n’avez pas toujours une vision claire des enjeux portés par cette phase primordiale. Les grandes questions que vous devez vous poser sont :

  • De quelle autonomie ai-je besoin pour mettre à jour mon site ?

  • A quel risque de piratage suis-je exposé ?

  • Quel niveau de service (SLA) mon entreprise doit-elle délivrer ?

  • Quels sont mes attendus en termes de SEO, indexation… 

 

 

N.B : Les critères de prix et de planning ont également un enjeu fort que le choix technique opéré car la facture peut vite monter. Nous reviendrons sur ce point plus tard 😉

En fonction de ces réponses, le premier choix binaire porte sur la mise en place d’un Content Management System ou non. Le CMS a beaucoup d’avantages pour les équipes marketing et communication mais ne répond pas à tous les contextes.

Considérant que la mise en place d’un CMS est un incontournable dans votre situation, ce qui est vrai pour 90% des sites de marque, il faut ensuite choisir la meilleure plateforme.

 

Dans le domaine il y a pléthore de solutions. Pour autant, celles que nous vous conseillons sont :

Wordpress 

Le plus populaire est user friendly. Il héberge une multitude de plugins vous permettant de répondre à toutes les fonctionnalités. Sa communauté est immense et donc prête à répondre rapidement à vos interrogations. Sa popularité en fait également son talon d’Achille car il est très aimé des pirates ☹.

 

Drupal 

Ce CMS est une excellente solution, plus orientée technique. Elle traite parfaitement les sites avec gestion de droits d’utilisateurs, rôle et les sites multilingues. Elle est également réputée plus robuste sur les aspects sécurité. Quelques chiffres parlant dans cette belle étude de sucuri.net

  

Shopify 

Sans aucun doute le plus adapté aux sites e-commerce avec une capacité à répondre à des business allant de l’artisan aux PME. Sa prise en main est assez simple pour les initiés.

 

WebFlow 

Le chouchou Luneos 😊: Cette plateforme « nocode » permet de produire en un temps record des sites totalement sur mesure avec une qualité d’exécution et technique de très bon niveau. C’est d’ailleurs ce que nous avons choisi pour notre propre site.

 

Outre ce choix de plateforme qui est structurant, il est important d’avoir une vision à 2-3 ans du périmètre fonctionnel de votre site. Car même si votre projet de refonte s’avère simple, les évolutions envisagées dans les années à venir vont avoir un impact fort sur le choix de la solution technique. 

La Phase de recette

 

De l’huile de coude… Encore de l’huile de coude. Ce n’est pas la partie la plus appréciée mais elle est indispensable pour assurer une expérience mémorable.

 

Si votre besoin a été bien exposé, si les développements ont été bien réalisés, le risque de non-conformité sera moindre.

 

De nombreux métiers autour de cette activité (Analyste test et validation, Test Lead Qualification, Responsable homologation…) ont été créés durant les 5 dernières années, traduisant l’importance d’assurer une qualité optimum à chaque mise en production. Les protocoles de vérification sont de plus en plus industrialisés avec la possibilité d’en automatiser certains.

 

Pour les petits projets, la recette humaine sur téléphone, tablette et PC reste la solution optimum.

 

Nous vous conseillons de mettre en place un challenge pour motiver les troupes et gamifier l’expérience.

  

 

 La Mise en ligne

 

C’est le grand jour ! L’action en elle-même est assez simple si toutes les étapes amont ont été bien menées.

Pour autant, ce moment doit s’accompagner d’un plan de communication ou marketing. Mettez le paquet !

 

Quelle organisation ?

 

Une bonne organisation est primordiale sur les projets d’envergure. Pour les refontes de site plus simple, il est important d’inclure l’ensemble de l’entreprise dans le projet, mais vous pouvez ensuite mener en mode « commando » le projet avec quelques points d’étape.

 

Pour les refontes plus complexes et dans le cas des grosses PME, ETI ou grand groupe, l’organisation projet est essentielle. Sans cela, vous avez de fortes chances de voir le projet se stopper ou ne pas arriver à bon port.

 

Tout d’abord l’équipe: Il vous faut a minima :

  • Un Sponsor : Cette personne doit être au comité de direction pour pouvoir prendre les bonnes décisions et porter les enjeux, le contexte, les décisions et l’avancée du projet en plus haut lieu. Ce n’est pas l’acteur qui passera le plus de temps sur le projet, mais son rôle est primordial.  

 

  • Un chef de projet / Product Owner : C’est la pièce maîtresse du projet. Elle coordonne l’ensemble des acteurs, a une vue sur tout, connaît le projet dans ses moindres détails. Cette aventure lui prendra beaucoup de temps. Elle ne pourra pas en mener plusieurs de front sans perdre en efficacité.

 

  • Les métiers : Ce sont les personnes ou services qui attendent un apport de cette refonte de site. On trouve en général, les équipes communications, marketing, commerciales, produits…

 

  • Les experts : Enfin, les experts vont œuvrer de la phase de conception (Copy writting, UX, UI, SEO, juristes) à la phase de développement (architecte, développeur front, back, expert infrastructure). Plus l’entreprise est importante, plus ils sont nombreux.

 

Pour organiser cette équipe il y a deux grandes familles d’organisation qui représenent aujourd’hui 90% des projets menés.

Le cycle en V qui organise le projet par étapes (expression de besoins, cadrage, spécifications fonctionnelles, spécifications techniques, développement, recette, mise en production) et la méthode agile qui séquence autour de sprints la phase de conception/développement.

Chaque organisation a sa comitologie.  Comité de pilotage, comité projet, atelier métier pour l’une et rituels pour l’autre (planification, daily meeting, Sprint review, retrospective…)

Il n’est pas rare de voir des organisations fusionnant les deux modèles avec une approche en V au démarrage du projet, pour le faire valider, puis un passage par la méthode agile ensuite.

 

Avantage et inconvénient des méthodes.

On ne va pas vous mentir, la méthode agile est de loin notre préférée mais dans certains contextes elle peut rencontrer des limites.

Avantages de la méthode en V :

 

  • Une fois le cadrage et la conception détaillés, vous êtes censés savoir exactement où va le projet, quand et à quel prix. Pour la méthode agile, vous aurez cette vision  une fois les épopées et sprint réalisés car c’est le propre de la méthode. Le besoin se précise au fur et à mesure des développements et des retours clients.

 

  • La documentation est dense et participe à la valorisation du patrimoine immatériel de l’entreprise. Elle facilite la phase de test.

 

  •  La comitologie projet est moins dense.

 

 

Avantages de la méthode agile :

 

  •  Il n’y a pas d’effet tunnel comme pour la méthode en V. À chaque livraison, l’ensemble de l’équipe voit la réalisation et s’assure que cela correspond à l’attendu. Le projet peut également évoluer quasiment en temps réel en fonction du marché.

 

  •  Les équipes ne sont pas cloisonnées et forment une task-force dédiée au projet.

 

  •  Le temps de livraison d’un projet est en général raccourci.

 

Nos outils préférés :

Quels moyens ? Quel timing ? Quelles ressources allouées ?

            

La question qui tue avec la réponse qui déçoit… Ça dépend 😊.

 

Plus sérieusement, cela varie en fonction de plusieurs facteurs :

- La complexité du projet

- Le souhait de vouloir sous-traiter ou non

- Le planning imposé ou non

 

Voici quelques échelles pour vous donner un ordre de grandeur concernant le coût d’externalisation du projet :

 

  • Sites très simples : compter 1 à 3 mois  avec une fourchette de 2 000 € à 5 000 €

  •  Sites institutionnels : compter de 3 à 4 mois avec une fourchette de 5 000€ à 10 000€

  •  Sites multifonctionnels : de 4 à 8 mois avec une fourchette allant de 10 000€ à 50 000€

  • Sites complexes : de 8 mois à 18 mois avec une fourchette allant de 50 000€ à 200 000 et +

 

 

Si vous avez un projet et que vous souhaitez un devis précis il suffit de cliquer ici.

N’oubliez pas que les montants précisés ci-dessus ne concernent que le coût de l’externalisation, il y a forcément des coûts internes à ajouter.

 

Conclusion

Bravo ! Tu es arrivé au bout 💪

Dans cet article, nous avons décrit les grands principes qui vous permettent de refondre sereinement et efficacement votre site internet.

 

Vous pouvez tout réaliser vous-même ou vous faire aider par des tiers afin d’aller plus vite. Si vous avez un contexte business particulier vous pouvez également nous contacter.

 

La mise en place d'un nouveau site n'est pas une finalité mais le commencement d’un cycle d'amélioration continue qui vous permettra de capter des données pour développer votre connaissance client, améliorer vos parcours, votre performance et optimiser votre éco-système digital.


Comment réussir sa refonte de site ?

Dans ce guide complet et gratuit vous trouverez une méthode, des conseils et des outils pour aborder ce projet sereinement et ainsi maximiser votre réussite !

> Télécharger le guide
Rédigé par
Gwenaël Guilloux
July 8, 2021
COMMENTAIRES

Partager l'article

NEWSLETTER

vous souhaitez recevoir chaque semaine les dernières tendances en strategie digitale,  growth, ux...
S
> S'inscrire

LES DERNIERS ARTICLES

Vous avez un projet ?

> contactez-nous